III) La chirurgie esthétique, un véritable Business

Discrète et mal vue il y a quelques années, la chirurgie esthétique est devenue de nos jours un véritable phénomène de société, que ce soit dans le milieu artistique ou seulement pour décrocher un emploi qui nous tient à cœur. Des agences de tourisme spécialisées en esthétique, concours de beauté, émissions de télé-réalité en ont fait un business lucratif, qui cache la plupart du temps les risques liés à un tel acte. Environ 17 millions d’actes de chirurgie esthétique et de médecine esthétiques ont été effectués en 2009, dans 25 pays qui représentent 75 % sur le total des opérations. La France était le 14ème de ses 25 pays à être sollicitée pour réaliser des opérations de chirurgie esthétique. Un chirurgien esthétique français réalise environ 640 actes de chirurgie dans l’année, de la plus petite retouche aux modifications extrêmes. L’esthétique est devenu un réel business et fait place à une bataille de l’esthétique, entre la chirurgie esthétique et la médecine esthétique, le lifting du visage ou injections de Botox et de Dysport. Nous allons voir en trois parties le côté Business de la chirurgie esthétique. Dans un premier temps nous verrons qui sont ces consommateurs, ensuite nous verrons si les opérations esthétiques discount à l’étranger sont fiables et rentables, et enfin nous parlerons des dérives de la chirurgie esthétique.

 

 

1- Les clients de la chirurgie esthétique.

 

 Les femmes restent numéro un dans la pratique des interventions de chirurgie esthétique, elles représentent environs 78% des opérations en France en 2010. Contrairement à ce que l’on serait tenté de penser, une enquête montre que l’augmentation mammaire n’est pas l’opération la plus répandue. Selon l’ISAP, la nouvelle opération à la «mode» est la liposuccion qui représente 18,8 % de toutes les interventions chirurgicales, et suivi de l’augmentation mammaire avec 17 % et de la blépharoplastie (lifting de la paupière supérieure ou inférieure) avec 13,5 %. Les femmes faisant plus attention à leur apparence et refusant de vieillir pour une grande partie d’entre elles. Cela explique le grand nombre d’opérations féminines.

En 2010 Les femmes ne sont plus les seules à pratiquer les interventions de chirurgies esthétiques. La chirurgie esthétique au masculin connaît un succès croissant, les hommes représentent à présent 20% des clients de ce genre de service en France selon le reportage «Beau et viril à tout prix » d’une enquête de business de Christophe Beigneux. Les hommes n’hésitent plus à avoir recours aux techniques de chirurgie, bien que les critères soient un peu plus différents que ceux des femmes : Implants capillaires, liposuccion et péniplastie, ce sont les opérations les plus répendues chez les hommes afin d’éliminer tout complexe de leur corps et n’hésitent pas à payer le prix fort pour garder leur virilité et rester séduisant auprès de leur entourage ou de la personne qui leur est chère.

Les nouveaux clients sont de plus en plus précoces, même s'ils représentent une minorité dans les opérations. Les adolescents sont de plus en plus nombreux à vouloir se faire opérer sans plus attendre afin de pouvoir effacer leur complexes, certains parents n’hésitent pas et payent le prix fort pour faire plaisir à leurs enfants. En 2010 19% des jeunes filles de 15 à 22 ans en France aimeraient se refaire les seins prochainement selon le reportage de Carole Greco « Chirurgie esthétique : Ados des clients pas comme les autres ». Ce phénomène s’explique par l’influence de la publicité sur l’adolescent, il est difficile d’accepter son image quand on voit la beauté des mannequins dans les magazines et à la télévision. En France, une loi oblige les médecins chirurgiens à avoir l’accord des parents de l’enfant mineur avant de pratiquer les opérations de chirurgie esthétique, et doivent le faire suivre par toute une équipe médicale (Psychologue, infirmière, médecin traitant… etc.) car la chirurgie esthétique peut avoir un impact sur la croissance et le développement physique et mentale de l’adolescence.

 

 

2-La chirurgie esthétique discount à l’étranger est-elle aussi fiable qu’en France ?

 

Le business de la chirurgie esthétique dépasse les frontières de la France. En 2010, plus de 600 000 français sont partis à l’étranger pour se faire opérer. On trouve sur Internet des formules qui offrent un séjour à prix discount à l’étranger, notamment au Maroc ou en Tunisie, pour subir une opération esthétique pendant une semaine de vacances ensoleillée… Le fait est qu’on est là pour une opération et qu’on ne peut profiter ni du soleil, ni de la piscine qui sont contre-indiqués. Il y a une période de repos obligatoire où l’on ne doit pas bouger de sa chambre. C’est certes moins cher si on a la chance de ne pas avoir de soucis post opératoire, on peut faire une économie de 50 % par rapport à la France. Un lifting complet au Maghreb a un coût inferieur à 4000euros alors qu’en France l’opération peut coûter jusqu’à 6000 euros. Mais il peut y avoir de gros risques à se faire opérer à l’étranger. Le préopératoire à l’étranger : un chirurgien est imposé au patient et peut décider de comment vous opérer uniquement en vous ayant vu par photo et il n’y a pas de délai de réflexion. De même, le feeling est important mais ici, il est impossible de savoir si la personne que l’on a au téléphone est celle qui opérera. Il arrive que le patient voit pour la première fois son chirurgien et le reste de l’équipe pour une consultation le jour même de l’opération. Une fois l’opération effectuée, il arrive parfois qu’il y ai des complications (d’une gravitée variable). Il faut savoir qu’aucun médecin en France n’acceptera d’effectuer le suivi d’une opération faite à l’étranger. Il faut vraiment que le problème soit important pour qu’un chirurgien veuille intervenir mais cela se fera à un prix fort. L’opération n’est donc pas forcement rentable. Dernier point, qui a de l’importance, certaines de ces offres proposent un packaging. Cela veut dire qu’en plus de la pause de prothèses mammaires, on vous offre une opération de paupières. Attention, la chirurgie esthétique n’est pas une chirurgie à prendre à la légère. Cumuler les interventions n’a d’autre résultat que d’augmenter les risques. Il faut aussi savoir que si le prix de l’opération est inferieur qu’en France, c’est parce que la « main d’œuvre » locale est moins onéreuse, aussi bien au niveau de la clinique que de ses chirurgiens, ses anesthésistes et du personnel soignant.

En conclusion : Se faire opérer à l’étranger est certes moins chère mais comporte des risques plus élevés qu’en France et n’est rentable que si tout se passe bien. En cas de problème, l’assurance Française ne prend pas en charge les actes de chirurgie effectués à l’étranger et il est difficile d’obtenir un dédommagement auprès de ces pays. Le tourisme esthétique est un business qui néglige certaines étapes et se tourne vers des opérations esthétiques de masse. Un chirurgien esthétique peut effectuer trois à quatre opérations par jour alors qu’en France un chirurgien esthétique n’en fait qu’une voire deux par jour selon le Numéro spécial chirurgie esthétique : le prix de la beauté. A l’étranger, on impose un chirurgien et une équipe moins onéreuse qu’en France. Le faible coût des opérations est expliqué par toutes ces raisons évoquées.

 

Tableau comparant les prix en France et au Maghreb des interventions les plus rependu :


FRANCEMAGRHEB
Lipoaspiration1500 à 3500 €
1500 à 2500 €
Prothèses mammaires4000€3000 à 3500 €
Réduction mammaire

2000 à 4000 €

(prise en charge possible)

> 3000 €

( NON prise en charge )

Lifting complet4500 € à 6000 €> 4000 €
Blépharoplastie2000 à 3000 €1500 à 2500 €
Rhinoplastie

2500 à 3500 €

2000 à 2500 €
Plastie Abdominale

2000 à 4000 €

(prise en charge possible)

> 2500 €

( NON prise en charge )

Greffes de cheveux

3000 à 6000 €

(dépends du nombre de greffons)

2000 € à 6000 €

(dépends du nombre de greffons)

 

 

3- Les dérives de la chirurgie esthétique

Il y a environ 200 000 actes de chirurgies esthétiques pratiquées en France par an. Y a-t-il moyen de les contourner ? Aujourd'hui de nombreuses femmes préfèrent la médecine esthétique, Peeling, Botox, machines amincissantes. On choisit moins l'intervention chirurgicale lourde. Son chiffre d'affaire a reculé de 15 % l'an dernier selon une enquête Business de Carole Tolila. Pourtant la demande est toujours forte. Mais une nouvelle concurrence plus appréciée vole de nombreuses clientes, la médecine esthétique. Pas d'anesthésie générale ni de bistouri. De simples injections, moins contraignantes, moins chères mais pas sans danger. En France, la médecine esthétique prend de l’ampleur, des aménagements y sont faits afin de pouvoir pratiquer ce service. Le SPA médical effectue ce genre de service. Le Spa est un endroit destiné à la régénération et au repos mais aussi à la méditation, on y trouve le calme et le luxe. Les soins proposés sont : Laser, acide, injection, de la médecine esthétique dans un décor plus chaleureux qu’une clinique ou un hôpital. Le principe reste le même, il y a un entretien avec un chirurgien en une vingtaine de minutes. On peut vous proposer dix sortes de soins différents pour une cure, certains de ses soins peuvent être réalisés immédiatement après l’entretien par les chirurgiens. Pour une injection hyaluronique qui élimine les cernes du visage avec treize autres soins qui équivalent à un lifting complet en chirurgie esthétique ne coûte que 4000euros contre 6000euros pour la chirurgie, Avec des cas de ratés très rare. Mais la médecine esthétique connait récemment un succès fou au détriment de l’affaire des prothèses PIP Le scandale est apparu en mars 2010. Un taux de rupture deux fois plus important sur les implants Poly Implant Prothèse (PIP) que sur ceux des autres marques a été découvert. Après des échanges infructueux avec la société, l'Afssaps, Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé, dirigent une inspection dans les locaux de la société. Elle y découvre l’utilisation d’un gel de silicone différent de celui déclaré lors de la mise sur le marché. Il n'est pas destiné à un usage médical, mais industriel. Les produits sont interdits à la consommation et la société placée en liquidation judiciaire. La substance irritante est soupçonnée d'être cancérigène. 30 000 femmes sont victimes de cette arnaque en France vingt d’entre elles ont eu un cancer du sein.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site