II) Pourquoi une telle démocratisation de la chirurgie esthétique?

1) Le pouvoir des médias

 

Au début de la pratique de la chirurgie esthétique, seules des stars Hollywoodiennes y avaient recours, puis vinrent des femmes fortunées soucieuses de ressembler aux « canons de beauté » de leur époque mais aussi de faire disparaître les marques du temps. De nos jours, de nombreuses personnes de toutes classes sociales y ont recours. D’abord réservée à une tranche d’âge moyen, elle touche désormais les adolescents.

On le voit la chirurgie esthétique n’est plus réservée aux stars Hollywoodiennes ou aux classes aisées. Elle concerne aussi bien les femmes que les hommes, les jeunes que les vieux, les fortunés ou les moins riches. Désormais banalisée, cette pratique connaît depuis 15 ans un réel essor. Ce phénomène est relayé par les médias qui jouent un rôle considérable dans notre société, ils sont partout et se présentent sous différentes formes : presse, radios, chaînes télévisées et internet sont les principaux. Ils possèdent un énorme pouvoir qui est celui d’influencer.

 

 

2) Le culte de la beauté.

 

La chirurgie esthétique est devenue un réel phénomène de société. Actuellement, la beauté est un critère d’une importance primordiale car les adultes refusent de vieillir et les adolescents sont sans cesse influencés par la publicité. Ceci entraîne la multiplication des demandes d’actes de chirurgie par les adolescents. Le culte de la beauté avec ses mannequins minces a multiplié les complexes des femmes : poitrines, ventre, cuisses, visages etc. Elles sont stressées par leurs imperfections physiques qui leurs paraissent intolérables, ce qui nuit à l’estime de soi car elles finissent par ne plus s’accepter ou pire encore, ne plus s’aimer. Pour finir il y a aussi certaines femmes qui changent ou améliorent leur apparence seulement pour ne pas déplaire à leur mari. Ce dont on parle peu et pourtant cela existe de plus en plus ce sont les hommes qui eux non plus ne sont pas épargnés par les diktats de la beauté. Un homme pour quatre femmes a recours à la chirurgie esthétique, ainsi de plus en plus d’hommes se font enlever leurs poignées d’amour, regarnir leur calvitie, gommer leurs poches sous les yeux ou bien même allonger le pénis.

 

 

3) Une société exigeante.

 

Chez les adolescents ces pratiques sont devenues un phénomène de mode mondial. L’identification à son idole, aux mannequins … favorise les complexes des adolescents désireux d’avoir recours eux aussi à la chirurgie. Cependant il existe tout de même des limites. Pour un chirurgien, tout patient cherchant à ressembler à une star, ou qui demanderait une morphologie complètement différente de la sienne sera poliment raccompagné à la porte du cabinet de consultation. Seuls les adolescents ayant une pathologie comme les oreilles décollées ou une hypertrophie mammaire pourraient avoir recours à ces pratiques. Comme le souligne le docteur  Xavier Deau Vice président de l’ordre des médecins « Chez les adolescents, la personnalité adulte n’est pas encore affirmée. Il faut donc faire preuve d’une extrême prudence et se montrer très patient. »

Selon les continents, les opérations les plus fréquentes diffèrent : En France les adolescentes se font refaire le plus souvent le nez, les oreilles décollées et les seins. Les Asiatiques veulent se faire débrider les yeux et aux Etats-Unis les jeunes filles se font principalement poser des implants mammaires. Cependant même si la chirurgie esthétique n’est pas toujours utile, elle reflète un certain effet de mode. Augmenter le volume de ses seins comme Pamela Anderson, se refaire faire le nez comme Angelina Jolie ou les joues parfaitement symétrique comme Naomi Campbell, cela devient le rêve de beaucoup. Même si  les choses ont tendance tout doucement à changer en ce qui concerne les médias, c’est-à-dire qu’ils comprennent que « madame tout le monde » fait plutôt une taille 40 qu’un petit 36  cependant, il semble assez difficile de rebasculer parce que les gens ont désormais en tête ce culte de  la beauté qui fut dicté : celui de la minceur.

Le milieu artistique est le plus touché par ce phénomène. Effectivement, nous pouvons le constater en regardant les créatures de rêves qui se dessinent sur les écrans fascinants du virtuel. Ceux-ci nous influencent à vouloir nous fabriquer une éternelle jeunesse ou une beauté surnaturelle. Cette société dicte que la réussite passe par la puissance, l’argent et la jeunesse, ce qui engendre l’exploitation des consommateurs de beauté, qui deviennent des victimes. De plus, certaines de ces artistes se retrouvent totalement détruits par leur nouvelle image, qui n’est pas la leur. Notre monde est rendu tellement médiatisé que certaines personnes doivent même avoir recours à la chirurgie pour décrocher un emploi car le paraître est devenu très important. En ce qui concerne l’apparence, elle  a désormais un rôle en entreprise. Des études américaines ont démontré qu’une personne ayant une apparence plus satisfaisante qu’une autre, pouvait gagner entre 5 et 10% de plus. C’est regrettable qu’entre deux personnes obtenant les mêmes performances, la promotion revienne à celui qui est « plus beau ». Pour les perdants, la chirurgie esthétique est donc un moyen qui leur permettrait enfin de pouvoir être récompensés et ainsi moins subir la pression qu’impose le monde du travail. Il y a une limite de ces pratiques à ne pas oublier, c’est le fait que lorsqu’une opération échoue ceci peut engendrer des séquelles à vie pour le patient.

 

 

4) Certaines conséquences.

 

L’image de soi est un élément important de l’équilibre psychologique, en effet avant de connaître une personne, on voit son apparence (en ce qui concerne les rencontres réelles et non virtuelles). Parfois, il arrive que ce sont les hommes qui disent à leur femme que son apparence ne lui plaît  plus. Ces femmes, pour sauver leur couple, pensent qu’une opération chirurgicale est alors nécessaire et laissent même leur mari dire au chirurgien plasticien ce qu’il faudrait refaire. Le phénomène touche également les adolescents, la pression de bien paraître à l’école ou avec leurs amis est si forte qu’ils sont insistants d’être parfaits. De ce fait, de plus en plus de jeunes ont recours à la chirurgie esthétique.

Ainsi le fait de vouloir changer d’apparence est un problème difficile : la personne est-elle réellement « mal dans sa peau » ? Ou y a-t-il d’autres causes ?

La personne peut parfois être atteinte de dysmorphophobie, c’est-à-dire qu’elle voit son corps comme quelque chose de vraiment difforme. Dans ce cas-là, nul besoin d’opérations car on est face à un trouble psychologique. La société peut-elle être responsable ? On ne sait pas car cette maladie existait bien avant ce culte de la minceur cependant cela n’arrange rien.

Pour conclure la chirurgie esthétique est de plus en plus pratiquée en raison d’un mal être souvent engendré  par l’environnement médiatique mais ne l’oublions pas cette recrudescence est aussi liée aux progrès des techniques. Notre société actuelle pousse les individus a avoir recours à la chirurgie car les médias font croire que pour pouvoir avoir accès à un travail, au succès, à l’amour…il faut être dans les normes de la « dictature » de la beauté et de la jeunesse . Ceci laisse penser que le bien-être et le bonheur passent d’abord par cette beauté et cette jeunesse. Cette dictature de la beauté peut être dangereuse pour les individus, le scandale des prothèses P.I.P en est une malheureuse illustration.

Même si l’on peut  penser que la chirurgie esthétique se démocratise cependant il ne faut perdre de vue  que la majeure partie des interventions coûtent chères, que cela reste une médecine de confort et que ce n’est donc pas remboursé par la sécurité sociale. Cette recherche de démocratisation s’est traduite par une chirurgie esthétique faite à l’étranger (pays de l’Est, pays du Maghreb…) Il faut cependant ne pas oublier que ce que l’on  gagne en argent, on peut le perdre en efficacité et en sécurité sanitaire. Le danger serait que le terme de démocratisation ne finisse par rimer avec discréditation.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site