I) La chirurgie esthétique: un phénomène mondial

   La beauté est devenue un  élément important dans notre société vers les années ’80, mais elle devient aux débuts des années 2000, une affaire qui concerne le monde entier. Prenons l’exemple des adolescents, ces pratiques sont devenues un phénomène de mode pour eux. Selon les continents, les opérations les plus fréquentes diffèrent. En France, les jeunes filles se font refaire plutôt leur nez, leurs oreilles décollées et leur poitrine. Les asiatiques souhaitent se faire débrider les yeux et aux Etats-Unis, les adolescentes se font principalement poser des implants mammaires.

Rhinoplastie Avant/Après

          Débridement des yeux Avant/Après

 

 


 

 

 

 

Désormais, grâce à l’ISAPS (International Society of Aesthetic Plastic Surgery) qui reste une référence mondiale en matière de chirurgie plastique, nous avons enfin accès aux statistiques mondiales dans ce domaine. Dans son rapport, il révèle les tendances en ce qui concerne les opérations de chirurgie esthétique et un classement à l’échelle internationale. Les actes de médecine esthétique réalisés par les chirurgiens plasticiens sont désormais plus fréquents que les interventions de chirurgie esthétique.

L’étude a été menée en 2009 durant un an sur les plasticiens et les chirurgies plastiques dans 25 régions et pays. Environ 8,5 millions d’opérations de chirurgie plastique ont été pratiquées pendant cette période et près de 9 millions d’actes en médecine esthétique, soit un total d’un peu plus de 17 millions. Comparé à la population mondiale, le chiffre peut paraître dérisoire mais il reste considérable et c’est ainsi que l’on ne peut que constater l’essor exceptionnel. Le sondage de l’ISAPS a aussi permis de connaître le nombre de chirurgiens plasticiens diplômés qui exerceraient : ils seraient environ 30 000 dans le monde. Ces données ne tiennent pas compte des interventions réalisées par des chirurgiens qui ne sont pas qualifiés pour les réaliser.

La surprise ne vient évidemment pas des Etats-Unis qui sont toujours en tête du classement (de celui qui pratique le plus d’interventions chirurgicales, non chirurgicales et enfin esthétiques) mais des pays que l’on n’attendaient pas dans le domaine de la chirurgie plastique. Ils sont en train de devenir des acteurs importants dans ce domaine.

Les cinq premiers pays que l’on retrouvent dans ce classement sont : les Etats-Unis, la Chine, le Brésil, l’Inde et le Mexique. La France, quant à elle, se trouve en 14ème position, derrière l’Italie et devant le Canada.

Durant les 10 dernières années, l’augmentation mammaire était la chirurgie esthétique la plus couramment pratiquée.

graphique
La liposuccion est désormais en tête. La popularité des interventions variant dans les 5 premiers pays du classement.

Sans surprise, ce sont les femmes qui font le plus appel à la chirurgie esthétique. Elles représentent 84,7 % des patients.

Ce sondage s’est basé sur le volontariat des médecins.

 

 

A-  La Chine.

 

Débrider les yeux, allonger le nez, augmenter la taille des seins ou allonger les jambes, tout est possible en Chine aujourd’hui. Des opérations très prisées par les jeunes chinoises et par leur famille qui n’hésitent  pas à les offrir à leur enfant pour leur donner toutes les chances de réussir dans notre société actuelle.

En 10 ans, 200 000 Chinois ont été défigurés par des interventions ratées de chirurgie esthétique.

Comme la plupart des interventions ratées, elles ont été réalisées par du personnel non qualifié dans des instituts de beauté. Les hôpitaux de Chine pratiquent ces interventions mais ils sont dans l’incapacité de répondre à la demande des Chinois qui a été multipliée par dix en à peine quatre ans sous l’influence des nouvelles normes esthétiques venues d’Occident exerçant toujours un culte de la beauté. Les patients admis en chirurgie plastique sont 70% à avoir subi une opération qui a mal tourné dans un salon de beauté.

Les autorités ont alors décidé que seuls les salons disposant d’une licence spécifique seront encore autorisés à pratiquer des opérations chirurgicales.

 

 

B-   Le Brésil


En effet, les Etats-Unis restent champions du monde en matière de chirurgie esthétique. Mais ils sont talonnés par le Brésil, où le culte du corps frise l'obsession.

A la demande de la Société brésilienne de chirurgie plastique (SBCP), une étude dévoile ainsi le chiffre de 629 000 opérations esthétiques pratiquées en 2008. La plus grande partie de ces opérations de chirurgie esthétique ont été pratiquées sur les seins soit, un chiffre énorme de 151.000 actes chirurgicaux.

La chirurgie esthétique est très répandue dans les villes dites riches comme Sao Paulo et Rio de Janeiro, chose assez évidente du fait des grandes différences socio-économiques et aussi culturelles du Brésil. Elle touche la population aisée, sous l'influence des médias et de la culture américaine. Les Brésiliens peu couverts, seraient plus enclin à tenter les opérations étant donné le climat favorable à marcher le long des plages toute l’année. Le corps est donc très visible. Comme les Américains, les Brésiliens restent très attachés à l'image.

 

 

C-   La France.


La France comptait en 2009, 464 chirurgiens esthétiques qui ont réalisés quelques 297 438 actes (chirurgicaux et non) soit 1,7 % des procédures mondiales.

La médecine esthétique a eu plus de succès que la chirurgie, en effet les femmes ont majoritairement fait appel à un plasticien pour : des injections de Botox (51 829 actes) ou d'acide hyaluronique (41 681). Les opérations qui restent cependant très populaires sont la liposuccion qui est donc également en tête chez les français des opérations de chirurgie plastique avec 28 272 interventions, suivie de l’augmentation mammaire avec 21 186 opérations réalisées.

Néanmoins, la France reste un moins grand consommateur en matière de chirurgie esthétique que les Etats-Unis.

 

Les trois cas présentés montent que la chirurgie esthétique ne cesse de grandir et qu'elle prend une importance considérable quel que soi le continent. Cependant, aucune limite ne semble fixée. Alors, des voix sélèvent pour pointer des dangers comme la Belgique, qui a mis en place, une interdiction de la publicité pour les actes de chirurgie esthétique n'ayant pas pour but une thérapie et ainsi éviter les actes purement esthétiques. Certaines stars revendiquent leur mécontentement comme Kate Winslet qui lance la " Ligue Britannique anti-chirurgie esthétique". Tout le monde n'est donc pas pour le culte de la beauté qui lui est approuvé par les stars d'Hollywood

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×